La voix des féministes

publié le 3 juin 2011 à 09:39 par Utilisateur inconnu   [ mis à jour : 4 juin 2011 à 01:18 ]
"Marre des machos." Libération, 31 mai.
Après l'affaire DSK, les féministes parlent haut et fort. Le féminisme est une réaction naturelle au sexisme, à la misogynie, au machisme. Empruntons au Larousse la définition de ces mots :

Féminisme : mouvement militant pour l'amélioration et l'extension du rôle et des droits des femmes dans la société. 
Sexisme : attitude discriminatoire fondée sur le sexe.
Misogynie : mépris, voire haine éprouvée ou manifestée pour les femmes
Machisme : idéologie ou comportement fondé sur l'idée que l'homme domine socialement la femme et qu'à ce titre, il a droit à des privilèges de maître.

Historiquement, la France est institutionnellement sexiste, machiste et misogyne, à commencer par sa loi salique, ainsi résumée :
"Le royaume de France est si noble qu'il ne peut aller à femelle."
États du royaume, 2 février 1317. Froissart, Chroniques.
Philippe V le Long, roi contesté, a convoqué une assemblée pour se faire reconnaître ses droits à la Couronne. Les représentants de l'État vont plus loin, excluant les femmes pour la succession au trône. Voir la citation 58.

Les plus grands personnages de l'histoire font assaut de misogynie.
"C'est la moins folle femme du monde, car de sage, il n'y en a guère."
Louis XI, mourant, parle de sa fille aînée, Anne, qui reçoit la tutelle du royaume, le 30 août 1483. Son fils Charles VIII est à peine majeur à 13 ans, et sans personnalité - il sera surnommé l'Affable. Anne de France va mériter son surnom de "Madame la Grande" : intelligence et force de caractère lui permettent de continuer l'œuvre paternelle et d'affermir le royaume, en ces temps difficiles. Voir la citation 101.

"Ces animaux sont étranges. On croit quelquefois qu'ils ne sont pas capables d'un grand mal, parce qu'ils ne le sont d'aucun bien."
Richelieu pense à deux femmes, Anne d'Autriche (femme de Louis XIII) et la duchesse de Chevreuse. Et à leurs trahisons. L'époque est aux complots, et dans la noblesse de France, les femmes égalent les hommes. Elles s'illustreront en héroïnes de la Fronde, véritable guerre civile. 
Voir la citation 209. 

Pour que les femmes réagissent, il faut attendre la Révolution. Et la première féministe, l'une des plus célèbres, courageuse et provocatrice : 
"La femme a le droit de monter à l'échafaud ; elle doit avoir également celui de monter à la tribune." 
Olympe de Gouges, Déclaration des droits de la femme et de la citoyenneseptembre 1791. 
Elle plaide pour l'égalité entre les sexes, ce qui inclut le droit de vote et l'éligibilité (permettant de monter à la tribune en tant que député). Chose impossible à l'époque, la femme étant juridiquement mineure, soumise au père ou à l'époux. Voir la citation 402.

Olympe de Gouges, opposante à Robespierre et aussi libre de parole que Mme Roland, finira guillotinée, le 3 novembre 1793 : 
"Enfants de la Patrie, vous vengerez ma mort."
La reconnaissance espérée par la condamnée sera tardive. Voir la citation 471.

La Révolution n'a rien changé à la situation des femmes, et leur condition sociale ne s'améliore pas, avec le nouveau maître de la France. 
Napoléon Bonaparte se pose comme le plus grand misogyne de l'histoire : 
"Nous autres peuples d'Occident, nous avons tout gâté en traitant les femmes trop bien (...) 
Elles ne doivent pas être regardées comme les égales des hommes, et ne sont, en réalité, que des machines à faire des enfants (…) 
Il vaut mieux qu'elles travaillent de l'aiguille que de la langue."
En vertu de quoi le Code civil (Code Napoléon), promulgué le 21 mars 1804, édicte que "La femme doit obéissance à son mari." (article 213)

Le féminisme explose, et s'impose, au XXe siècle. 
"Faisons la grève, camarades ! la grève des ventres. Plus d'enfants pour le Capitalisme, qui en fait de la chair à travail que l'on exploite, ou de la chair à plaisir que l'on souille !"
Nelly Roussel, La Voix des femmes, 6 mai 1920.
Rares sont les féministes aussi extrêmes que cette journaliste marxiste et militante, en cette "Journée des mères de familles nombreuses". Mais, du seul fait de la Grande Guerre (1914-1918), les femmes sont devenues majoritaires dans le pays, avec un million de veuves de guerre et plusieurs millions de célibataires, occupant des emplois jadis réservés aux hommes et assumant des responsabilités nouvelles. La médecine, la recherche, le sport leur ouvrent enfin de vrais débouchés. Le droit de vote est acquis, après la Seconde Guerre mondiale. 
Voir la citation 816.

"Il y a plus inconnu que le Soldat inconnu : sa femme !"
Banderole déroulée par le MLF sur la dalle du Soldat inconnu, place de l'Étoile, 26 août 1970. 
Autre banderole brandie : "Un homme sur deux est une femme." Les manifestantes déposent une gerbe à la femme inconnue du célèbre Soldat inconnu. Et sont arrêtées. 
Dès le lendemain, la presse déclare la naissance du MLF, Mouvement de libération des femmes. C'est sa première sortie médiatique. 
Au-delà d'un certain folklore, entre "provoc" et happening, les années 1970-80 verront aboutir l'essentiel des revendications des femmes. La "loi Veil" du 18 janvier 1975, passionnément discutée, dépénalise l'avortement, rebaptisé IVG (interruption volontaire de grossesse). 
Voir la citation 949.

Tant qu'il y aura des hommes… sexisme, misogynie et machisme se manifesteront, et les féminismes exprimeront leur colère, leur ego, leur sexe blessé, leurs humiliations, partout dans le monde.
L'affaire DSK, et d'autres du même genre, sont quand même l'occasion de rappeler le progrès dans les institutions et les mœurs de la France.


Comments